Mireille Philip

Publié le : 2023-08-09 18:27:58

Mireille Philip

Comment écrire la biographie d’une femme dont le mari a été professeur d’université, avocat, ministre, et qui a fait partie de ces résistants qui ont rejoint le Général de Gaulle pendant la 2è guerre mondiale ? Que dire d’une femme si humble et si convaincue de n’avoir fait que son devoir qu’elle se mettait en colère à l’idée qu’on pouvait penser à lui décerner la Légion d’Honneur et lui remettre la médaille de la Résistance ?

 

 

    

    

 « Mireille Philip, passeuse de frontières »,

Patrick Cabanel, Editions Ampelos , Maisons-Lafitte, 2023, 94 p. 10 € 

    

  

L’historien du Protestantisme Patrick Cabanel est conscient de la gageure que représente cette entreprise. Il s’est cependant attaché à reconstituer, en une petite centaine de pages agréables à lire, le parcours de cette femme hors du commun que fut Mireille Philip, et dont la devise était : « Avoir peur mais aller de l’avant. »

 

 

 

Patrick Cabanel

  

Avant de rencontrer et d’épouser André Philip, la jeune Mireille Cooreman, qui s’est préparée à devenir institutrice, cherche en tâtonnant sa voie, car son plus cher désir c’est, dit-elle, « de servir Dieu et mon prochain avec conscience et intelligence ». Les évènements des années 1939-1945 vont lui permettre de réaliser cette aspiration de manière imprévue, et révèleront en elle une énergie et une audace insoupçonnées. Grâce à ses contacts avec d’autres résistants, avec la Cimade et des réseaux œcuméniques, elle cachera des juifs, leur procurant des faux papiers, les sauvant de la déportation par des moyens détournés, parfois même en se déguisant en cheminot pour faire passer incognito un passager clandestin en Suisse !

 

On peut certes se dire que cette période de sa vie ne couvre que quelques années de l’existence de Mireille Philip. Mais quelles années ! Et quelles souffrances lui aura-t-il fallu supporter pour réussir à réaliser son but de servir Dieu et son prochain : l’absence de son mari, toujours sur la route pour son travail ou exilé à Londres auprès de De Gaulle, la séparation de ses cinq enfants envoyés aux Etats-Unis pour leur protection pendant la guerre, la solitude… 

  

On reste un peu sur sa faim et on aimerait en savoir davantage sur cette femme d’exception, mais ces quelques lignes sont malgré tout inspirantes, et nous rappellent que le Seigneur peut parfois nous guider sur des chemins que nous n’aurions sans doute jamais prévu de suivre.

 

Anniel Hatton

Produits liés

Partager ce contenu

Ajouter un commentaire

 (avec http://)