Mieux connaître le pasteur du film

Publié le : 2021-02-26 11:40:46
Catégories : Recensions

Mieux connaître le pasteur du film

Aves ces Mémoires du pasteur Trocmé (1901-1971), l'historien Patrick Cabanel nous gratifie d'une magnifique page d'histoire du protestantisme contemporain. On peut remercier l'historien car cette édition avec son introduction, ses notes, son épilogue et l'insertion de lettres et documents liés aux événements relatés par André Trocmé, nous permettent de mieux comprendre cette période de notre histoire si mouvementée, puisqu'elle se situe essentiellement du début du XXème siècle aux années 1950.

 

André Trocmé est surtout connu pour son action pendant la deuxième guerre mondiale au Chambon sur Lignon auprès des réfugiés politiques, espagnols, réfractaires au STO et bien sûr auprès des enfants juifs. C'est dans cette commune du Chambon qu'il exerça son pastorat de 1934 à 1943.

 

 

Mémoires

André Trocmé

Introduction, édition et  notes de Patrick Cabanel (EPHE, Paris), spécialiste des Justes parmi les nations et de l’accueil des Juifs dans les Cévennes comme au Chambon-sur-Lignon.

Labor & Fides,

608 pages

2020

29€

 

https://static.fnac-static.com/multimedia/Images/FR/NR/67/6f/c1/12676967/1507-1/tsp20201030111313/Memoires.jpg

 

 

Jean-Louis Dorenzi tira de ces événements un film émouvant : "La colline aux mille enfants" (1994) avec le fameux sermon prononcé le 23 juin 1940 où André Trocmé et le deuxième pasteur E. Theis encouragent leurs paroissiens à résister "avec les armes de l'esprit" aux mesures coercitives imposées par l'occupant.

Cependant, peu de personnes connaissent la vie de ce pasteur avant et après ces événements, il faudrait d'ailleurs parler plutôt d'un couple pastoral tant Magda et André Trocmé forment un duo intimement lié au milieu des épreuves qu'ils ont traversées tout au long de leur vie de couple.

 

Ce livre est d'abord un journal intime qu'André Trocmé a écrit pour ses enfants, il n'entend pas faire œuvre d'historien même s'il se permet de temps à autres quelques digressions. Il assume totalement la subjectivité de ses analyses.

A ce titre, certaines remarques et descriptions des personnes qui ont traversé sa vie sont plutôt incisives, rarement acerbes, c'est certainement ce qui a justifié les rares "coupes" dans l'édition de ce journal par Patrick Cabanel, elles sont signalées par des crochets (en plus des pages intimes concernant la mort de leur fils ainé, Jean-Pierre).

  

On peut lire ce livre avec plusieurs entrées : intérêt pour l'histoire du protestantisme de la première moitié du XX siècle ; histoire plus générale de l'occupation du nord de la France par l'armée allemande pendant la première guerre avec le déplacement de la population en Belgique (début du livre) ; la posture des pacifistes chrétiens - position théologique défendue par André Trocmé - c'est ici que le récit est poignant car on y voit les combats de la conscience quand celle-ci est mise en demeure de prendre des décisions qui engagent sa propre vie ou celle des autres.

 

Il y a aussi les débats théologiques intra protestants de ce temps entre libéraux et orthodoxes, barthiens, piétistes et pentecôtistes avec de savoureuses descriptions de D. Scott et du mouvement de prière de Charmes et de son pasteur charismatique L. Dallières. 

 

 

 

André Trocmé émaille son récit de détails touchants, avec une grande sensibilité il s'attache à décrire l'évolution de sa vie intérieure et spirituelle dans un style fluide, élégant mais jamais pompeux, avec une certaine pudeur et toujours avec beaucoup de lucidité sur le cœur de l'homme. Il ressort de ces pages un homme profondément idéaliste ce qui plutôt que de le desservir lui donna du courage au temps où il en manquait tant autour de lui.

 

André Trocmé milite dans ces pages pour un christianisme social, c'est d'ailleurs au tout début de son ministère pastoral dans le nord de la France qu'il expérimenta la force de cet évangile capable de "relever" des hommes tombés dans l'alcoolisme le plus dégradant qui soit.

 

André Trocmé définit ainsi son christianisme social : "Quand l'heure sonnera où les membres des Eglises, cessant de faire du prosélytisme pour augmenter le nombre de leurs adeptes, feront le bien, et accompliront pour rien ce que la politique a entrepris avant eux par ambition... la vérité de l'évangile aura cessé d'être un prétexte à la liturgie, aux discours, et aux vaines redites, dénoncées par Jésus.".  

 

Toutefois, il ne faudrait pas réduire le pasteur André Trocmé au seul trait du christianisme social car ce journal nous montre clairement combien il fut aussi profondément influencé dès sa jeunesse par les mouvements de réveils au sein des UCJC, notamment au tout début de son ministère à Sin-le-Noble ainsi que par le pacifisme chrétien radical de ses amis qui objecteurs de conscience, se virent refuser la consécration pastorale et aller pour certains en prison.

 

C'est surtout à ces courants du christianisme des années 1920-1930 qu'il a puisé la force de "résister avec les armes de l'esprit" et certainement avec celles de l'Esprit.

 Thierry Rouquet  

 

Table des matières

Introduction, par Patrick Cabanel, p. 7

Chapitre premier – L'enfance, p. 27
Chapitre 2 – La famille, p. 55
Chapitre 3 – La Première Guerre mondiale et l'Occupation allemande à Saint-Quentin, p. 83
Chapitre 4 – L'exil forcé en Belgique, p. 119
Chapitre 5 – Premières expériences : Paris, la Faculté de théologie, p. 145
Chapitre 6 – À l'armée, p. 169
Chapitre 7 – Paris, p. 207
Chapitre 8 – Aux États-Unis, p. 219
Chapitre 9 – Ministère pastoral dans le Nord ouvrier: Maubeuge, p. 257
Chapitre 10 – Ministère pastoral dans le Nord ouvrier: Sin-le-Noble, p. 273
Chapitre 11 – Le Chambon-sur-Lignon, p. 315
Chapitre 12 – 1939-1940, p. 345
Chapitre 13 – Le Chambon-sur-Lignon, cité de refuge, p. 365
Chapitre 14 – L'emprisonnement à Saint-Paul-d'Eyjeaux, p. 401
Chapitre 15 – Montée de la violence et exil intérieur, p. 425
Chapitre 16 – La Libération, p. 449
Chapitre 17 – Le collège Cévenol de l'après-guerre, p. 493
Chapitre 18 – Versailles et la maison de la Réconciliation, p. 533
Chapitre 19 – Conclusion inachevée, p. 559

Épilogue, par Patrick Cabanel, p. 575

Index des noms, p. 581
Bibliographie, p. 593

 

 

Partager ce contenu

Ajouter un commentaire

 (avec http://)