La guerre des spectacles

Publié le : 2021-10-28 18:25:59
Catégories : Recensions

La guerre des spectacles

"L'œil ne se rassasie pas de voir" (Eccl 1, 8). Ce verset biblique pourrait très bien résumer ce livre, tant notre époque donne à cette soif tout ce qui est nécessaire pour l'attiser plutôt que l'étancher. A l'ère du tout numérique et de l'omniprésence des écrans dans nos maisons, il devient indispensable de poser un regard critique sur cet envahissement irrésistible.

  

 

  

Tony Reinke

  

Dans ce livre, Tony Reinke nous dit que nous pouvons résister, en tous cas mieux gérer ce flux continu d'images. Il s'agit en premier lieu de discerner la stratégie des plateformes numériques qui nous proposent toujours plus de possibilités pour nous distraire, un vrai festin pour les yeux.

Le danger avec le numérique c'est qu'il est en capacité "de nous procurer exactement et continuellement ce que nous voulons, dès que nous le voulons" (p. 148). Un véritable dieu, quasi omnipotent et omniscient... toujours à notre disposition.

 

La guerre des spectacles, Chérir Christ à l'ère des médias, Tony REINKE

éditions Cruciforme, 2020,

187 pages, 

11.90 €


 

Le but de ce livre n'est pas de nous dire ce que nous devrions regarder ou pas mais d'être "un compagnon pour les chrétiens en quête de désintoxication" (p. 16). Car l'enjeu est de taille "Jamais dans l'histoire du monde les images fabriquées n'ont façonné l'écosystème de nos vies. C'est pourtant le cas aujourd'hui." (p. 15).

 

La première partie du livre dresse un tableau sans concession de notre civilisation, non pas pour critiquer ses avancées tehniques (ici le numérique et internet), mais pour discerner l'influence déléterre que notre société du spectacle engendre : tout est occasion de spectacle, des choses les plus stupides et banales aux actes terroristes les plus abjects qui peuvent ainsi être vus en temps réel par une foule d'anonymes partout dans le monde, créant ainsi une onde de choc peu propice à la mise à distance et aux jugements critiques soulevant colère et vengeance immédiate.

 

Nous sommes au centre de toutes les attentions de ces sociétés du divertissement qui ne cachent pas leur projet : capter toujours plus d'attention et de temps de visionnage : "notre attention consciente est maintenant la marchandise rare et précieuse des ingénieurs de sucreries numériques pour les yeux." (p. 70). C'est actuellement notre temps de sommeil qui focalise la convoitise des géants du numérique. Le sommeil a été nommé le concurrent principal par le PDG de Netflix, Reed Hastings.

 

Après avoir décrit sans complaisance notre société du spectacle, T. Reinke, dans la deuxième partie du livre, nous invite à considérer un autre spectacle qui est celui de la croix où Jésus " a dépouillé les dominations et les autorités en les livrant publiquement en spectacle" (Col 2, 15).

Il met en concurrence le spectacle du monde, théatre de tous les amusements, avec le spectacle de la croix de dimension cosmique.

Dès lors, l'auteur nous invite à nous émerveiller devant ce spectacle, prémice de la nouvelle création, l'Esprit de Dieu nous ouvrant les yeux pour que nous le contemplions comme le plus grand spectacle de l'univers.

En le contemplant nous pourrons alors détourner nos yeux et "nos affection de la puissance captivante du thétre du monde" (p. 108). 

 

Ce que j'ai apprécié dans ce livre :

 

- La mise à distance de l'image : pour nous aider à y voir plus clair - car il se peu qu'il y ait comme un voile posé sur nos yeux - l'auteur nous interpelle sur la nécessité d'une prise de distance avec l'image en se posant ce genre de question : " Qu'est-ce que ces images veulent de moi ? Et qui en ressort le plus fort si je leur donne ce qu'elles veulent ? Est-ce que cela apporte de la valeur, du sens et un but louable à ma vie ? " (pp. 64). 

- J'ai aussi aimé la lucidité et l'humilité de l'auteur quand il décrit notre faiblesse face aux puissantes sollicitations de l'image : mieux vaut dire "je suis faible" pour prendre conscience de nos limites et ainsi maîtriser notre consommation de médias et de spectacles (p. 108). 

- Enfin l'approche positive qui consiste à regarder à Jésus et au merveilleux salut que Dieu accorde à ses enfants plutôt que de promouvoir le refus style amisch et tenter de vivre "en ermite du numérique : ne regarde pas ! ne diffuse pas ! ne surfe pas ! "(p. 133, cf. la mise en garde de Paul dans l'épître aux Colossiens face aux judaïsants qui enseignent le "ne prends pas, ne goûte pas, ne touche pas..." ).

 

Ni naïveté face aux puissantes machines commerciales qui sont derrière ces plateformes numériques, ni repli sur soi ou fuite mais une courageuse remise en question, un salutaire avertissement face à la consommation effrénée d'images.

Thierry Rouquet

   

Une vidéo de Tony Reinke : 

Qui aura votre attention ? S'accrocher au Christ à l'ère numérique

 

Partager ce contenu

Ajouter un commentaire

 (avec http://)