Jean Hus

Publié le : 2021-11-09 20:29:47
Catégories : Recensions

Jean Hus

Amedeo Molnar fut professeur d'histoire de la théologie à la faculté de théologie de Prague et a assuré pour l'académie tchécoslovaque des sciences l'édition critique des œuvres complètes de Jean Hus. Autant dire qu'en lisant cette biographie de Jean Hus et de le genèse du mouvement hussite, le lecteur peut être confiant, il est dans de bonnes mains.

 

 

 

 

Amedeo Molnar, Jean Hus, Témoin de la vérité, 

Collection Figures protestantes,

Olivétan, 2021, 268 p. 18 € 

 

Il vaut la peine de s'intéresser à Jean Hus (1371-1415), figure majeure dans l'histoire du christianisme car il fut au XVème siècle un précurseur de la Réforme protestante au destin tragique puisqu'il mourut sur le bûcher en 1415. Sa renommée ne s'est jamais éteinte en bohême et Amadeo Molnar nous en donne la raison tout au long de cette remarquable enquête historique : Jean Hus fut un quêteur inlassable de vérité, n'ayant pas peur de joindre à sa prédication le geste et "mettant en jeu sa propre vie, il personnifie l'unité de pensée et d'action." (p. 11).

 

L'auteur rappelle que la réforme hussite ne peut se comprendre que si l'on associe aux controverses théologiques, le contexte de crise sociale que traversait la bohême ainsi que le délabrement des mœurs du clergé avec les abus qui s'y associaient : simonie, trafic des indulgences etc. En général on ne retient de la réforme hussite que la possibilité donnée aux laïcs de prendre la communion sous les espèces. Il est vrai que plus tard, cette liberté nouvelle fut considérée par les chrétiens allemands comme un symbole de libération de l'emprise de Rome. L'auteur souligne aussi l'influence importante de la pensée de Wyclif sur Hus dans bien d'autres domaines : le rapport aux Ecritures et leur interprétation, le droit pour un clerc de continuer à prêcher malgré l'interdiction de sa hiérarchie dans la mesure où il s'agit bien de prêcher l'évangile, la souveraineté de la loi du Christ sur l'Eglise etc.

  

L'auteur décrit le processus inéluctable qui conduisit Hus à finir sur le bûcher : d'abord son intérêt grandissant pour les Ecritures avec le souci de l'enseigner au peuple dans sa langue maternelle, puis l'opposition du clergé et de l'institution papale, enfin le dilemme pour le réformateur entre sa conscience face à l'exigence de fidélité à l'évangile et la mise en demeure d'obéir aux autorités, qu'elles soient ecclésiastiques ou politiques. C'est d'ailleurs le cas quand l'empereur Sigismond lâcha Hus et qu'il ne put compter sur sa protection face à l'Eglise. Il déclara alors : " Je considère qu'il y a péché quand pour suivre la volonté du roi, on cesse de prêcher. En vérité, je veux m'abstenir désormais de ce péché" (p. 38)

 

Pour conclure : l'intérêt de ce livre réside dans les sources des écrits de Hus qui sont utilisées par l'auteur. Enfin un élément important pour qui s'intéresse à l'histoire de la Réforme c'est la perspective historique de l'auteur sur ces siècles de grands bouleversements européens. Amadeo Molnar développe la thèse des 2 réformes (pp. 79 à 94) : la première à laquelle il rattache Jean Hus, les ordres mendiants du XII et XIII siècles et le mouvement vaudois, les anabaptistes. Cette "première Réforme" qui n'est pas que chronologique, s'inspirerait plus du sermon sur la montagne, avec une insistance sur l'éthique - l'évangile est considéré comme une règle de vie. Cette première réforme toucherait davantage les couches sociales pauvres. Quant à ce que l'auteur nomme la "deuxième réforme" elle s'appuierait sur l'ensemble de l'enseignement biblique, plus particulièrement les épitres de Paul, de plus "la valeur normative de l'évangile passe au second plan par rapport à la grâce et au don de la liberté chrétienne" (p. 80). Amedeo Molnar tente de voir comment et sur quels points la pensée de Hus a pu jouer un rôle dans l'émergence de cette deuxième réforme du XVIème siècle plus particulièrement chez Luther.

 

Thierry Rouquet    

 

Feuilletez les premières pages

 

Partager ce contenu

Ajouter un commentaire

 (avec http://)