A l'Eglise qui vient

A l'Eglise qui vient

19,00 €


  • Éditeur : Olivétan
  • Poids : 500 g
  • Nombre de pages : 320 pages
  • Année : 2017
  • Dimensions : 15 x 22.5 cm
  • Délai livraison : sous 4 à 8 jours
  • ISBN : 9782354793876

Tous les ouvrages de cet auteur

Tous les ouvrages de l'éditeur

Vous pourriez aimer aussi

Articles du blog en relation

Pas d'article relatif à ce produit sur notre blog



A l'Eglise qui vient

Préface de frère Alois de la Communauté de Taizé



La foi chrétienne est-elle devenue obsolète ou, au contraire, ouvre-t-elle à une liberté nouvelle dans une société où la compétition domine et épuise ?

L’Église est-elle condamnée à disparaître ou, au contraire, son modèle de vie communautaire fondé sur le partage, la solidarité et l’ouverture offre-t-il une alternative sérieuse ?

Les chrétiens doivent-ils vivre leur foi en catimini, laissant l’espace public aux marchands de rêve, ou au contraire peuvent-ils y témoigner avec audace d’une réalité qui n’a pas de prix : l’amour inconditionnel de Dieu ?

Faut-il opposer la vie spirituelle à l’engagement social ? Les différences entre familles chrétiennes (catholique, protestante, etc.) ne sont-elles pas dépassées ? Et quel sera le visage du christianisme de demain ?

Pendant les sept années de son mandat de président de l’Église réformée puis de l’Église protestante unie de France, Laurent Schlumberger a saisi maintes occasions pour partager une lecture de la Bible, une compréhension de l’Évangile et une conviction quant au rôle des chrétiens, dont les maîtres mots sont  confiance et espérance. Se découvrir reconnu et aimé par Dieu ouvre à une nouvelle lucidité et libère l’audace de vivre la foi au quotidien. Un puissant message d’encouragement pour l’Église d’aujourd’hui. Et de demain.



Laurent Schlumberger est pasteur. Il a notamment exercé la charge de président de l'Eglise réformée de France de 2010 à 2013, puis de président de l'Eglise protestante unie de France de 2013 à 2017. Il est un acteur du mouvement oeucuménique. Il a déjà publié chez Olivétan Dieu, l'absence et la clarté. Essai sur la pertinence du protestantisme et Sur le seuil (réédité en 2016).



Lire un extrait :



"C'est épuisant. C'est épuisant socialement. Malheur à celui ou à celle qui n'est plus capable de performance : malheur au commercial qui parvient pas à surprendre ses patrons par des résultats supérieurs à l'objectif fixé ; malheur au nécessiteux qui ne sait pas activer les bons réseaux ; malheur au demandeur d'asile qui n'a pas appris le français avant d'arriver en Préfecture.

La mythologie de la performance est épuisante socialement, et plus encore individuellement. Car dans mes échecs, je ne peux même plus me tourner vers quelqu'un sans aussitôt éveiller la suspicion ou la pitié. Je dois être capable de prouver, aux autres et d'abord à moi-même, mes capacités propres de rebond, de résilience. Et dans mes réussites aussi, je suis seul.

L'obsession de l'accomplissement, du but à atteindre, de la manière dont on mène sa vie, ou encore de la quête du sens - car c'est bien de cela qu'il s'agit - accouche ainsi paradoxalement d'une expérience de l'épuisement et de l'absurde. Recomposée dans la mythologie de la performance, la quête du sens en arrive un jour ou l'autre à la conclusion : ma vie n'est pas une vie d'excellence et encore moins d'exploit, elle est terriblemnent ordinaire, elle ne vaut pas - ou si peu - d'être vécue, sinon marquée du sceau de l'inachèvmenet, de l'amertume, de l'absurde ..."

Donnez votre avis

A l'Eglise qui vient

A l'Eglise qui vient

A l'Eglise qui vient

Préface de frère Alois de la Communauté de Taizé

Donnez votre avis