La violence, une fatalité ?

La violence, une fatalité ?

17,06 €


  • Éditeur : Excelsis
  • Poids : 270 g
  • Nombre de pages : 216 pages
  • Dimensions : 14 x 21 cm
  • Année : 2017
  • Délai livraison : sous 4 à 8 jours
  • ISBN : 9782755003109

Tous les ouvrages de cet auteur

Tous les ouvrages de l'éditeur

Vous pourriez aimer aussi

La violence, une fatalité ?

Violence, religions et vie contemporaine

« De la violence, je retiendrai qu’elle est ancienne, indissociable de la vie. Elle est polymorphe », écrivait l’historien Pierre Chaunu en introduction de son livre La violence de Dieu (1978). Au cours des siècles, religion et violence se sont côtoyées de manière parfois explosive. Aujourd’hui, force est de constater que le fait religieux est souvent associé à la violence alors même que le message chrétien se veut pacifique. Cela intrigue et suscite de vifs débats d’autant que certains passages bibliques surprennent le lecteur par leur caractère violent. La Bible montre en effet, à plusieurs reprises, Dieu commandant la mort d’humains voire même les exécutant. Les sacrifices d’animaux occupent une place centrale dans le culte de l’Ancien Testament sans parler du sacrifice ultime de Jésus sur la croix qui fonde la foi chrétienne.

Ce livre aborde le thème de la violence sous deux angles : le rapport des religions et de la violence, la violence dans la vie contemporaine. Des spécialistes présentent des approches biblique, philosophique, religieuse, psychologique et cinématographique du sujet.

Ont collaboré à cet ouvrage : Karim Arezki, Agnès Blocher, Henri Blocher, Émile Nicole, Micaël Razzano, Charles-Éric de Saint-Germain, Jean-Baptiste Separi.


Extrait :


"Au moment où nous écrivons ces lignes, un homme vient d’utiliser un camion pour tuer le plus de monde possible sur la promenade des Anglais à Nice, faisant 84 victimes et de nombreux blessés. Au cours des mois précédents, de nombreux attentats ont fait des centaines de morts à Paris, Bruxelles, Istanbul, Bagdad, Orlando, etc. semant la terreur dans la population. Depuis le début du XXIe siècle, les attaques terroristes se multiplient sur la planète alors que le siècle dernier, particuliè- rement meurtrier, a été le théâtre des premières guerres mondiales et de plusieurs génocides. Mais la violence ne se limite pas à ces conflits armés ou à ces actes terroristes. Elle s’immisce jusque dans les relations intimes et familiales, les jeux vidéo ou encore le cinéma. Elle s’exprime par des paroles, des gestes, des regards, des images. Parfois même c’est la vérité qui la déclenche en raison de l’hostilité qu’elle suscite, comme en témoigne la Croix. La violence fait partie de notre condition humaine déchue. Elle a toujours existé et il semble bien que rien ne puisse l’endiguer. Dans ce climat de violence, le Réseau évangéliques et sciences humaines (RESH) des Groupes bibliques universitaires (GBU) a souhaité consacrer sa journée nationale de 2015 à ce thème afin d’approfondir la réflexion que suscite le débat entre les sciences humaines et la foi chrétienne sur ce sujet. Le RESH a effectivement pour mission d’aider les chrétiens engagés dans la pratique, la recherche, l’enseignement et les études des sciences humaines à élaborer une vision chrétienne de leur domaine de compétence en débattant sur des questions qui se posent à l’interface entre sciences humaines et foi chrétienne. Cet ouvrage est le fruit de cette journée annuelle du RESH qui s’est tenue à Paris, le 10 octobre 2015 et où plusieurs spécialistes sont venus présenter leur approche biblique, philosophique, religieuse et cinématographique de la violence. Ces interventions ont été complétées par deux autres : l’une sur la violence dans l’islam radical et l’autre sur les violences familiales. Deux chapitres, déjà publiés ailleurs, ont aussi été ajoutés afin d’offrir au lecteur un panorama plus large du sujet : l’un sur la violence monothéiste (paru dans la revue Théologie Évangélique), le second sur la guerre et le droit international (emprunté aux Cours particuliers de philosophie aux éditions Ellipses)..."

Donnez votre avis

La violence, une fatalité ?

La violence, une fatalité ?

La violence, une fatalité ?

Donnez votre avis