Vous avez dit laïcité ?

Vous avez dit laïcité ?

18,96 €


  • Éditeur : Cerf
  • Poids : 225 g
  • Nombre de pages : 192 pages
  • Dimensions : 13.5 x 21 cm
  • Année : 2017
  • Délai livraison : sous 4 à 8 jours
  • ISBN : 9782204106672

Tous les ouvrages de cet auteur

Tous les ouvrages de l'éditeur

Vous pourriez aimer aussi

Vous avez dit laïcité ?


Cela fait trente ans maintenant que la laïcité hante le débat en France. Que les intellectuels et les politiques s’en disputent la définition. Que les polémistes de tous bords s’en arrogent le monopole ou la dénonciation. Que les confusions succèdent aux approximations et les outrances aux ignorances. Le dialogue que voici, ouvert, contradictoire, mené par deux éminents juristes, philosophes et historiens, constitue le meilleur des remèdes à cette hystérie nationale.



Des Guerres de religion à l’islam en France, ou de France, en passant par les Lumières, la Révolution, la IIIe République, la loi de 1905 et ses suites, leur controverse clarifie les épisodes du passé pour mieux éclairer les crises du présent, qu’il s’agisse du voile intégral dans l’espace public, des menus de substitution dans les cantines scolaires ou encore la présence des crèches dans les mairies.



Avec savoir et simplicité, Charles Coutel et Jean-Pierre Dubois affirment, dans la diversité de leurs considérations, le même message salutaire : comprendre la laïcité, c’est se protéger du fanatisme et redonner sens à cet idéal du bien public que suppose l’ordre républicain.



Professeur émérite des universités en philosophie du droit, Charles Coutel dirige l’Institut d’étude des faits religieux et est vice-président du Comité laïcité et République.



Professeur de droit public à l’université Paris-X-Nanterre, Jean-Pierre Dubois est président d’honneur de la Ligue des droits de l’homme.


Extrait :


"Charles Coutel - On n'a jamais autant parlé de laïcité, et l'usage - ou l'abus - de ce mot a rarement prêté à autant de confusions. Essayons de clarifier les choses. Le concept de laïcité renvoie d'abord et surtout à un principe juridique (à déduire et à appliquer), puis sans doute à une "valeur" (à défendre et à affirmer) et à un combat contre les fanatismes (à mener et à se remémorer) : n'oublions pas que la France a connu de sanglantes guerres de religion. A cela s'ajoute encore une "posture" que nous prendrions au sein du "camp" laïque.

Tout cela manifeste un grand désarroi intellectuel qui se traduit dans la pratique par des jugements précipités et réducteurs et de vaines polémiques. Résultat : on intègre plus la laïcité dans la synthèse républicaine et humaniste. L'actualité la plus récente et dramatique (les attentats de 2015 et 2016) enrôle l'idéal laïque au sein de "valeurs de la République" qui ne sont jamais vraiment précisées ou définies. L'émotion cache tous ces raccourcis et brouille les esprits.

Ce contexte complexe, idéologisé, renforce un préjugé massif selon lequel la laïcité s'opposerait aux religions. Or la loi de 1905 sur la séparation des Eglises et de l'Etat précise bien que s'il s'agit de ne pas reconnaître, salarier ni subventionner les cultes, il convient de les respecter (dans le cadre de l'ordre public) mais aussi de les connaître tous. C'est le sens de l'article "Laïque" du Dictionnaire de pédagogie de Ferdiand Buisson (édition de 1911); dans ce texte, laïque s'oppose non à religieux mais à clérical (quand un clergé entend gouverner le reste des humains) ..."

Note 
2019-03-27

Précisons le terme de laïcité

La République reconnait et respecte chaque religion, chaque culte, voilà l'essentiel même si elle ne salarie personne.

    Donner votre avis !

    Donnez votre avis

    Vous avez dit laïcité ?

    Vous avez dit laïcité ?

    Vous avez dit laïcité ?

    Donnez votre avis