Etienne de la boetie, de la servitude volontaire

Etienne de la boetie, de la servitude volontaire

23,70 €


  • Éditeur : Bouchene
  • Poids : 600 g
  • Nombre de pages : 371 pages
  • Dimensions : 16 x 24 cm
  • Année : 2015 (pour l'édition traduite par Alain Mahé)
  • Divers : Prix Paul Ricoeur 2015
  • Délai livraison : sous 4 à 8 jours
  • ISBN : 9782356760357

Tous les ouvrages de cet auteur

Tous les ouvrages de l'éditeur

Vous pourriez aimer aussi

Articles du blog en relation

Pas d'article relatif à ce produit sur notre blog



Etienne de la boetie, de la servitude volontaire

Texte du XYIe siècle établi, traduit en français contemporain, annoté et commenté par Alain Mahé

Texte du xvie siècle établi, traduit en français contemporain, annoté et commenté par Alain Mahé.

Traduit en kabyle par Ameziane Kezzar et présenté par Mohand Lounaci.

Traduit en arabe algérien par Hakima Berrada, Moustapha Naoui et Abdelhafid Hamdi-Chérif.

Traduit en arabe classique par Moustapha Safouan et présenté par Afif Osman.

Prix Paul Ricoeur 2015

Présentation

Les hommes renoncent-ils volontairement à leur liberté ? Choisissent-ils la servitude ? Un tyran peut-il parvenir à impliquer l’ensemble de ses sujets, les transformant ainsi en complices ?

À la faveur des « printemps arabes » l’intérêt d’une réflexion sur les ressorts de la servitude volontaire confère au texte de La Boétie une actualité impérieuse. Cet ouvrage en propose pour la première fois une édition polyglotte : le texte du manuscrit du XVIe siècle en regard d’une nouvelle traduction en français contemporain, sa traduction en arabe classique, en arabe algérien et en kabyle. Le travail d’édition critique esquisse une histoire de la réception du texte de La Boétie entre XVIIIe et XXIe siècles, à partir d’une étude comparée des huit traductions en français contemporain publiées entre 1789 et 2008.

La résurgence de ce texte à l’occasion de tous les combats contre la tyrannie s’accompagne immanquablement de l’incompréhension enthousiaste de lectures pressées d’y trouver la justification du tyrannicide. Loin des annexions militantes, Alain Mahé s’attache à la radicalité du questionnement de La Boétie, poursuivant ainsi une histoire critique de la question politique moderne, menée par Claude Lefort. Déployant la typologie des relations sociales esquissée par La Boétie, selon la part qu’y prennent l’amitié, la complicité, l’échange ou l’alliance, il montre comment l’inégale vocation politique de ces relations tient à leur plus ou moins grande capacité à agréger pacifiquement les hommes dans des collectifs stables.

La Boétie place au cœur de son texte l’entr’cognoissance, envisagée autant comme un lien que comme un lieu – notamment celui de la langue. Sa lecture conduit à reformuler les débats récents sur la quête de reconnaissance. Elle invite à dépasser les apories auxquelles aboutissent les tentatives de la sociologie contemporaine de faire dériver le social d’un intersubjectif conçu uniquement sur le mode d’un lien entre individus monadiques.

En inventant la philosophie politique moderne, Machiavel postulait l’irréductibilité de deux désirs contraires — le désir des grands de dominer et celui du peuple de ne pas l’être. De la servitude volontaire déplace cette dualité de désirs à l’intérieur même de chaque individu. Radicalisant ainsi la pensée du conflit inaugurée par Machiavel, La Boétie propose une anthropologie politique irréductible à une sociologie de la domination.

 

Table des matières

♦ Les contributeurs, 7

♦ Remerciements, 9

♦ Présentation de l’éditeur, 11

DE LA SERVITUDE VOLONTAIRE

♦ Texte du XVIe siècle et traduction en français contemporain, 27

♦ Notes, 95

TASEKLAFT S TBEGGEST

♦ Traduire La Boétie en kabyle, 139

♦ Taseklaft s tbeggest, 145

TRADUCTION EN ARABE

♦ Note sur les traductions en arabe algérien et en arabe classique, 179

♦ Note sur les traductions en arabe algérien et en arabe classique (en arabe),  181

RECEPTION EN ARABE

♦ La réception du texte de La Boétie en langue arabe, 205

♦ La réception du texte de La Boétie en langue arabe (en arabe),  217

LECTURE

♦ La Boétie entre l’amitié et l’inimitié : l’échange, l’alliance et la complicité, 249

 

♦ Notule 1. Servitude volontaire, 335

♦ Notule 2. Liberté volontaire, 339

♦ Bibliographie, 343  

Note 
2019-03-27

Un auteur de moins de 20 ans !!

''Si les hommes acceptent la servitude, nous dit-il, c’est parce qu’ils en ont pris l’habitude – et parce que l’habitude, chez l’être humain, efface la nature. La servitude, explique La Boétie, commence toujours par les petites choses. L’être humain voué à servir le tyran commence par abdiquer de sa liberté dans les petits actes de la vie quotidienne. Alors, ayant pris l’habitude de servir dans les petites choses, il ne peut plus concevoir de refuser le service dans les grandes.""

    Donner votre avis !

    Donnez votre avis

    Etienne de la boetie, de la servitude volontaire

    Etienne de la boetie, de la servitude volontaire

    Etienne de la boetie, de la servitude volontaire

    Donnez votre avis