Lueurs dans l'histoire - Revisiter l'idée de Providence

Lueurs dans l'histoire - Revisiter l'idée de Providence

18,96 €


  • Éditeur : Salvator
  • Poids : 330 g
  • Nombre de pages : 190 pages
  • Dimensions : 14 x 21 cm
  • Année : 2017
  • Divers : Broché
  • Délai livraison : sous 4 à 8 jours
  • ISBN : 9782706714870

Tous les ouvrages de cet auteur

Tous les ouvrages de l'éditeur

Lueurs dans l'histoire

Revisiter l'idée de Providence



Est-ce faire preuve d’un optimisme forcené, voire d’un optimisme naïf, que de croire à une histoire qui n’aboutit pas nécessairement à la victoire des forces de mort, à la catastrophe annoncée ? Peut-on construire une sagesse dans ce monde tourmenté ? Faut-il refuser de plus l’idée d’un Dieu qui veille à notre sort, d’une Providence bienveillante ? 



Refusant la résignation et le pessimisme ambiants, Paul Valadier invite à voir tout au contraire des lueurs dans l’histoire. N’est-il pas urgent en effet de réexaminer la notion de « signes des temps », si justement remise en valeur par certains textes du concile Vatican II, à partir d’une expression tirée du Nouveau Testament



Il s’agit, non pas d’adopter une lecture de l’histoire qui s’aventure dans des anticipations toujours démenties sans assumer le présent, mais de croire que rien n’est jamais achevé, perdu, voué à la mort. Une issue est toujours possible, là où on la cherche, là où on s’obstine à ne pas baisser les bras, là où on n’écoute que modérément les « prophètes de malheur » que dénonçait le pape Jean XXIII. 




Jésuite, le père Paul Valadier a dirigé la revue Études et a enseigné à Sciences Po. Professeur émérite au Centre Sèvres (Facultés jésuites de Paris), il a publié notamment Nietzsche l’athée de rigueur (Desclée de Brouwer), L’Église en procès (Flammarion), L’éloge de la conscience (Seuil), et plus récemment Rigorisme contre liberté morale (Lessius).


Extrait de l'Introduction :


"Le fleuve Ingyri qui borde la frontière nored de la Géorgie dévoile chaque année une petite île en son milieu. Très ferile parce que constituée d'alluvions, l'île est semée de maïs par des paysans du voisinage qui font des récoltes abondantes. Tel est le cadre du film de George Ovashvili, La terre éphémère (2014). Quasiment muet, le film montre le travail acharné d'un grand-père et de son petit-ils sur ce pan de terre et la réussite de leur labeur, jusqu'au jour où, le maïs étant prêt à être engrangé, une violente temp^te ramène les eaux sur l'île, anéantissant en quelques instants tout le travail de ces hommes. 

Cette terre éphémère pourrait bien être le symbole de notre planète, et telle est sans aucun doute la visée du réalisateur. Téméraire, l'humanité aurait indûment colonisé la planète, se croyant à l'abri des désastres, mais cet aveuglement et inconscience sont aujourd'hui gravement menacés : notre terre s'avère fragile et proche de l'anéantissement ..." 


Paul Valadier

Donnez votre avis

Lueurs dans l'histoire - Revisiter l'idée de Providence

Lueurs dans l'histoire - Revisiter l'idée de Providence

Lueurs dans l'histoire

Revisiter l'idée de Providence

Donnez votre avis