Bible et poésie

Bible et poésie

18,01 €


  • Poids : 274 g
  • Nombre de pages : 174 pages
  • Dimensions : 15.5 x 22.5 cm
  • Année : 2016
  • Divers : Broché
  • Délai livraison : sous 4 à 8 jours
  • ISBN : 9782877069465

Tous les ouvrages de cet auteur

Vous pourriez aimer aussi

Articles du blog en relation

Pas d'article relatif à ce produit sur notre blog



Bible et poésie

Michael Edwards

De l'Académie Française


4ème de couverture

Ce livre soutient que nous ne lisons pas la Bible comme elle prétend être lue, et qu'une lecture plus appropriée modifierait notre manière de comprendre le christianisme. La Bible abonde en poèmes. Dans l'Ancien Testament, la poésie se trouve non seulement dans les livres dits "poétiques", mais dans la plupart des livres de prophétie ; elle est fréquente dans les livres historiques. Dans le Nouveau, en plus des innombrables citations poétiques de l'Ancien, on découvre des poèmes et des cantiques, et l'Apocalypse, dernier livre de la Bible, résume l'ensemble de la Révélation dans un ouvrage poétique et visionnaire. 
En enseignant la vérité, Jésus parle souvent en poésie. Jésus ne définit pas le royaume des cieux par des propositions à analyser : il l'évoque dans une série de comparaisons et de brefs récits, comme "un trésor caché dans un champ", "un homme semant du bon grain..." Il se présente lui-même, non pas comme la deuxième Personne de la Trinité, mais comme "la vraie vigne", "la lumière du monde", "le bon berger", "le chemin, la vérité et la vie" - comme un ensemble de noms poétiques à sonder de la même façon que nous sondons un poème. 
Nous ne pouvons comprendre de Dieu que ce qu'il nous a révélé. Le christianisme est étrange, qui suppose que la réalité à tout moment est imprégnée d'une autre réalité, d'une transcendance immanente. La parole salvatrice et poétique de la Bible nous engage à chercher, non pas l'existence de Dieu, mais sa vie. Personnel et passionné, ce livre invite à redécouvrir la Bible et la foi chrétienne.


Extrait


"UN SENTIMENT DE PRESENCE


L'altérité du christianisme m'apparut dès le moment où je devins chrétien. Si je parle de cette conversion, c'est avec la conviction que toute vérité passe par un individu et prend ainsi une couleur particulière, et parce que tout ce que j'aurai à dire dans ce livre, ou presque, découle de cette expérience étrange. Je me demande même si tout ce qu'il m'a été donné de penser depuis, à propos de la Bible, la littérature, la peinture, la musique, la philosophie, n'y trouve pas son origine. Ma conversion ne prouve rien, mais je ne l'offre pas comme une preuve.

Enfant et adolescent dans la lointaine Angleterre, j'avais la bonne chance, n'étant pas chrétien, d'ignorer plus ou moins complètement les doctrines chrétiennes. Personne dans ma famille ne s'intéressant à la religion, le sujet n'était jamais évoqué.


(...)


Pendant l'été 1957, avant d'entrer à l'université de Cambridge, j'étais fasciné et en même temps profondément troublé par l'intuition simple qu'il existait une autre manière de connaître, qui dépassait la raison et les sens. Je me sentais enfermé dans une épistémologie traditionnelle et humaniste, aucunement spécifique à l'époque, transmise par (...) un enseignement qui faisait de l'élève une intelligence dans un corps, un individu apte à percevoir la réalité du monde et sa propre réalité en utilisant les ressources de son cerveau et de ses sensations ..."

Michael Edwards


Note 
2019-04-04

Pour ceux qui aiment la poésie

C'est formidable quand la Bible est ouverte par un écrivain, qui connaît parfaitement la poésie et les poètes, qui est aussi chrétien. Tout simplement, on voit que les Écritures existent comme écriture, comme poésie.
L’auteur est professeur au Collège de France et académicien, et il est convaincu que la Bible devrait être reçue comme elle est, comme un texte poétique, qui fait signe à l’invisible (Dieu bien sûr) qui porte secrètement le monde.
Ainsi, avec les métaphores, avec les oxymores, Dieu se révèle tel qu’en lui-même, comme présence, chair, excès, « étrangeté », selon un mot qu'aime l'auteur. Mais il faut recevoir le Livre comme une parole d’autorité, en le laissant parler avec ses surprises, ses images, ses rythmes.
L'auteur revisite les Psaumes, la vision d’Isaïe, le Cantique des cantiques, les Béatitudes, et divers « cantiques » du Nouveau Testament. La lecture poétique de la Bible enseigne la foi sous le signe de la surabondance, d'un débordement, d’une révélation d'amour.

    Donner votre avis !

    Donnez votre avis

    Bible et poésie

    Bible et poésie

    Bible et poésie

    Donnez votre avis