Newsletter

Vous souhaitez recevoir régulièrement des nouvelles de nos actions, nos projets, etc ?

Une jeunesse de Blaise Pascal

Publié le : 2016-04-12 14:02:01

Une jeunesse de Blaise Pascal

Une jeunesse de Blaise PASCAL

Marc PAUTREL

Gallimard, «L’infini», 2016, 74 pages, 12 euros








Marc PAUTREL
, écrivain bordelais né en 1967, a déjà publié cinq romans aux Éditions Gallimard. Il s’intéresse ici à l’enfance de Blaise PASCAL. Celle-ci nous est peu connue. C’est pourquoi cette bibliographie romancée (au cinéma, on nomme cela un biopic), le roman vrai d’un génie, est attachante, car les enfants prodiges attisent toujours notre curiosité.

On associe Blaise PASCAL à ses Pensées, un des monuments de la littérature française et un des rares textes du XVIIe siècle dont nous possédons les originaux. Ses Essais ont été retranscrits par son neveu après sa mort.

Les «Pensées» constituent une apologie et une défense de la religion chrétienne contre les sceptiques et les libres penseurs.

Une jeunesse de Blaise PascalBlaise PASCAL est né le 19 juin 1623 à Clermont-Ferrand en Auvergne. Philosophe, inventeur, mathématicien, théologien, il fut influencé par Saint Augustin, Épictète, Montaigne, Jansénius et de célèbres mathématiciens de son époque.

Il est né dans une famille aisée et cultivée. Il a déjà deux sœurs lorsqu’il naît, Gilberte six ans et Jacqueline un an. Sa mère est morte alors qu’il n’a que trois ans. Plusieurs événements surprenants dans sa petite enfance vont probablement façonner son caractère:




  • Personne ne lui dit que sa mère est morte. Il l’apprendra plus tard par sa sœur. On lui fait croire qu’elle est partie en voyage, ou qu’elle s’adonne à des bonnes œuvres.
  • Personne ne lui dit que son frère est mort, quelques jours après sa naissance.
  • Personne ne lui parlera des mathématiques, et pourtant son père est érudit et passionné par cette science.



Sa jeunesse est donc d’abord celle de l’absence, de la douleur et de l’interrogation.

Son père repère son intelligence et sa précocité. Il lui enseigne toutes les matières ainsi que le latin et le grec mais pas les mathématiques.

Blaise est un enfant chétif qui reste de longs moments prostré. Sa curiosité et son désir d’apprendre ainsi que sa relation très fusionnelle avec son père l’aideront pourtant à trouver une joie de vivre.

A treize ans, il rencontre des mathématiciens chevronnés, amis de son père, et notamment Marin MERSENNE. S’il écoute d’abord, il va progressivement s’exprimer. Avec facilité il présente ses propres réflexions sur la géométrie, la physique et les mathématiques.

Sa vie de jeune homme se poursuit dans l’étude et dans l’aide au travail de son père, qui est percepteur des impôts. Son fils inventera une machine, ancêtre de notre calculette, pour faciliter cette besogne répétitive. Hélas! «La Pascaline» se révélera trop chère à commercialiser.

Ses recherches le conduiront sur la découverte de la pression atmosphérique dont les variations se calculent encore de nos jours en «pascal» et «hectopascal».



Une jeunesse de Blaise Pascal


Lorsque son père meurt, Blaise a vingt-huit ans. Il hérite de sa fortune et sa vie bascule un temps dans le jeu et dans des liaisons amoureuses agitées. Un accident de carrosse rocambolesque où il échappe de justesse à la mort, le plonge dans une expérience mystique, et oriente sa recherche spirituelle jusqu’à sa mort. Par ses écrits, il prend parti pour le jansénisme et prépare son apologie du christianisme. Il meurt à Paris à l’âge de 39 ans, le 19 août 1662.



Cette réflexion, universellement connue que nous laisse Blaise PASCAL, illustre aussi bien sa vie que son enfance: L’homme n’est qu’un roseau, le plus faible de la nature mais c’est un roseau pensant.



Marc PAUTEL met à nu avec justesse et précision, dans un bref mais ample roman, les secrets d’un génie absolu. Ce livre souligne aussi la fragilité comme la grandeur de l’être humain.



Martine BONNET



Partager ce contenu

Ajouter un commentaire

 (avec http://)