Newsletter

Vous souhaitez recevoir régulièrement des nouvelles de nos actions, nos projets, etc ?

Ouvrir le Livre, une lecture étonnée de la Bible

Publié le : 2018-09-17 15:39:51
Catégories : Recensions

Ouvrir le Livre, une lecture étonnée de la Bible

"Ouvrir le Livre, une lecture étonnée de la Bible » est un livre qui déroule sa route comme on déplie une carte  routière pour chercher son chemin. Lentement. Avec patience et sérénité. Ses routes, devrait-on dire. En effet, lorsqu’on s’y engage, on y découvre deux parcours qui avancent de manière parallèle :

Il y a tout d’abord le chemin initiatique suivi par Sophie Legastelois, nièce de Marie Balmary. Sophie est fâchée avec la Bible. Ou tout du moins, avec ce qu’elle en connait et qui est le plus souvent un savoir constitué de vieux souvenirs de catéchismes ou de quelque tata, tonton poussiéreux, ou arrière grand-mère légaliste. Mais Sophie a cette chance d’être la nièce d’une psychanalyste bibliste bien connue. Ensemble, elles décident de démarrer un temps de partage autour des textes de la Bible. Les questionnements de Sophie, ses peurs, colères et incompréhensions sont si précisément et si justement décrits qu’ils ne peuvent qu’inviter les personnes qui se seraient déjà posé les mêmes questions à suivre cet itinéraire de relecture.


Ouvrir le Livre

Une lecture étonnée de la Bible

Sophie Legastelois et Marie Balmary

Editions Albin Michel

2016

256 pages

18.90 €

Questions et textes s’enchainent alors sans  se ressembler et enclenchent le cheminement spirituel de Sophie :

    • La Bible nous promet-elle le bonheur ? demande Sophie et Marie l’emmène revisiter les premiers chapitres du livre de la Genèse en hébreu qui révèlent des pépites passées trop souvent aux oubliettes de la traduction.  Les objectifs de vie de Sophie en sont recadrés.


    • Et le péché, qu’en est-il du péché ? N’est-ce pas terrible de naitre pécheur ? martèle alors Sophie, et Marie déroule les dix commandements non comme une loi, mais comme le fruit d’une libération qui seule rend toutes choses possible. Sophie respire.


    • Pourquoi tendre la joue gauche ? Cela ne fait-il pas de moi une victime permanente ? continue Sophie. Là encore, Marie explique le texte en ouvrant un autre sens possible à cette affirmation ‘incongrue’ et la force de la non-violence s’offre à Sophie ébahie.


On pourrait continuer longtemps, tant le dialogue recèle de richesses : les textes de la femme adultère, de la parabole des talents, de Noé et bien d’autres encore, sont revisités, leur interprétation corrigée et Sophie découvre un univers rempli de grâce et de possibles là où il n’y avait pour elle que terreur.


  • Le deuxième parcours que l’on découvre, au fil des discussions qui se sont étalées sur plusieurs mois, pourrait s’assimiler au plongeon du néophyte -qu’il s’appelle Sophie, Anne-Marie, Olivier ou Xavier- dans l’œuvre de Marie Balmary. Les conversations des deux femmes amènent à des sujets travaillés par Marie Balmary dans ses livres antérieurs. Même si ici les sujets ne sont qu’effleurés, cela suffit pour en percevoir toute la richesse et insuffler à ceux qui se posent des questions l’envie d’approfondir les pistes ouvertes (On retrouve des positions défendues dans « Le sacrifice interdit », ainsi que dans « Abel ou la traversée de l’Eden »). « Ouvrir le livre » pourrait presque servir d’introduction à la pensée et aux méthodes d’interprétation de Marie Balmary… presque, bien sûr !



  • Au fil de la lecture, on découvre le portrait d’une femme et de sa famille, portrait qui se construit tout en nuance, en délicatesse et dans toutes ses dimensions relationnelles. Marie et Sophie se demandent pourquoi leurs parents leur ont transmis la foi. D’ailleurs, pourquoi transmettre la foi ? Et quelle foi transmet-on? L’une des lignes de force que je retiendrais ici, c’est la profonde humilité qui se dégage de ce livre. En effet, lors d’un échange autour des dix commandements, Sophie et Marie voient surgir la figure du Dieu juge qui impose sa loi et s‘impose aux autres ; figure dont Sophie a peur et que de prime abord, Marie ne discerne pas dans ses propres mots. Elle y reviendra honnêtement, confessant son incompréhension de ce qui était véritablement en jeu… Si seulement tous les accompagnants avaient la même conscience et la même humilité…


Ayant déjà lu certains ouvrages de Marie Balmary, je n’ai pas été surprise en lisant celui-ci, comme si cela avait été une  première lecture. Ce que j’ai apprécié ici, c’est la manière dont les deux femmes construisent leurs partages, la manière dont les sujets se répondent les uns aux autres, la manière dont Marie articule les thèmes bibliques aux questionnements de sa nièce. Ce sont ces articulations-là qui me paraissent réellement novatrice. Car il ne suffit pas d’avoir des réponses à proposer aux questions des ‘révoltés du catéchisme, ou de l’école du dimanche, ou de la Bible’, encore faut-il pouvoir les leur apporter et c’est ce que ce livre propose.


Certainement qu’un lecteur catholique se reconnaitra rapidement dans les images évoquées par Sophie Legastelois, la mise en route sera facile. Mais en va-t-il autrement d’un lecteur protestant ou évangélique ? Je ne le crois pas ! Que comprennent nos enfants de leurs leçons d’école du dimanche ? Pourquoi tant d’abandon de la foi parmi nos jeunes ? Autant de questions qui comptent et que de nombreux parents se posent. N’avons-nous pas tous des images intérieures que nous prenons à tort ou à raison pour des images bibliques ?


Même si ce livre, son vocabulaire, sa manière de comprendre l’enchainement de certains épisodes bibliques (je pense tout particulièrement à la manière de comprendre l’épisode de Noé et la vie d’Abraham), mais aussi de faire l’impasse sur la personne et l’œuvre du Christ,  risquent de surprendre plus d’un protestant, il apporte un éclairage qui peut s’avérer fructueux parce qu’il part d’un angle différent de celui qui est proposé d’habitude. Qui n’a jamais été bloqué par des questions du genre de celles posées par Sophie ? Qui n’a jamais pensé qu’au fond, ces questions-là étaient judicieuses et que lui aussi aimerait trouver des réponses?




Joëlle Razanajohary

Partager ce contenu

Ajouter un commentaire

 (avec http://)