Moïse à Washington, les racines bibliques des Etats-Unis

Publié le : 2019-10-21 16:54:18
Catégories : Recensions

Moïse à Washington, les racines bibliques des Etats-Unis

De la fondation des treize colonies américaines à la déclaration de l’Indépendance américaine et à la constitution des Etats-Unis, il y a plus d’un siècle d’histoire. Il se fait en ayant pour guide un livre : la Bible. Nous comprenons grâce à l’analyse précise et joyeuse de l’auteur la naissance non seulement d’une nation mais celle d’un peuple.  Les lois juridiques, sociales, morales tout autant que la culture qui en est l’expression s’enracinent dans les textes bibliques et plus particulièrement dans ceux de l’Ancien Testament par conséquent dans la culture hébraïque.



Le récit des défaites et victoires du peuple hébreux avant leur établissement en tant que nation dans le pays de Canaan est celui auquel les pères fondateurs de la nation américaine vont se référer avec dévotion.

Moïse à Washington

Les racines bibliques des Etats-Unis

Lionel Ifrah

Albin Michel

2019

224 pages

19€


   La colonisation anglaise ou plutôt le récit épique des pères fondateurs commence en 1607 lorsque les premiers pères pèlerins originaires d’une contrée anglaise où les puritains, groupe dissident qui refuse de se conformer à l’église anglicane, décident de quitter l’Angleterre pour fuir la répression dont ils sont l’objet et s’établir dans un pays où ils pourront vivre leur foi conformément aux textes scripturaires de l’Ancien Testament.  Fervents lecteurs de la Bible et de l’Ancien Testament ils suivent les lois mosaïques concernant le shabbat et établissent sous le joug oppressant de la monarchie anglaise, un parallèle entre eux et le peuple élu de la Bible.   L’auteur met en relief un élément essentiel hérité de la Réforme qui va poser la première pierre à l’édifice de la nation américaine : celui de l’identification des pionniers anglais avec l’histoire du peuple hébreu. 


L’épopée des puritains britanniques embarqués sur le Mayflower en 1620 est à ce titre significative car ils revivent dans le présent l’exode du peuple hébreu fuyant l’esclavage. Ils fuient non la tyrannie égyptienne mais la monarchie britannique. Ils doivent franchir l’Atlantique comme les hébreux avaient traversé la Mer rouge pour aller vivre librement leur foi dans un pays où coulent le lait et le miel.  La lecture de l’Ancien Testament durant la traversée soutient avec ardeur leur courage et leur foi. Les patriarches et les prophètes bibliques sont également les modèles qu’ils consultent pour établir les règles qui gouverneront la colonie de Plymouth dans le Massachusetts. Après avoir exprimé leurs gratitudes à Dieu de les avoir sauvegardés durant la traversée, ils composent et signent tous un contrat, premier contrat social, par lequel ils s’engagent devant Dieu à constituer un corps civil politique chargé de gérer démocratiquement la colonie. Ce contrat social  inspiré du code mosaïque servira de base à l’élaboration de la constitution américaine et sera signalé par le sixième président des Etats-Unis, John Quincy Adams (1767-1848) comme étant la genèse de la démocratie américaine.  

 Parmi les personnalités remarquables qui les conduisent et qui joueront un rôle important dans cette véritable épopée, nous rencontrons celle  de William Bradford prédicateur, futur gouverneur de la colonie qui instaurera en 1621 une fête d’action de grâces, Thanksgiving, pour célébrer la première récolte et qui sera l’auteur d’une histoire de la colonie de Plymouth qui ne laisse aucun doute sur l’identification entre le peuple hébreu et les puritains exilés. 


C’est donc une communauté biblique calquée sur celle des enfants d’Israël que les pèlerins sont déterminés à fonder. 


Les chefs des communautés et des armées sont comparés à Moïse et à Josué. Le gouverneur John Winthrop est comparé à Moïse pour avoir conduit son peuple avec courage et l’épitaphe du célèbre théologien John Cotton comporte cette inscription « Ô bienheureux Israël en Amérique qui compte un tel Moïse et un tel Josué ». 


L’Ancien Testament est une source à laquelle les chefs communautaires s’abreuvent pour établir les codes juridiques car les textes bibliques embrassent tous les domaines de la vie au-delà de la seule théologie. Les lois de la Bible, en effet, constituent la source première de la législation et donnent les bases d’une forme démocratique du gouvernement à partir de l’ordre donné par Moïse au peuple hébreu de choisir parmi eux des hommes sages. L’auteur nous apprend que le président George Washington (1732-1799), premier président des Etats-Unis, repoussa le pouvoir absolu comme l’avait fait Gédéon au temps des Juges, refusant toute idée monarchique du gouvernement.   


Une autre marque significative de l’attachement aux textes hébraïques est la vénération pour l’hébreu dont l’enseignement va tenir une place importante dans les universités de la Nouvelle Angleterre, au point que la connaissance approfondie de l’hébreu, langue sacrée des Ecritures sera considérée comme indispensable pour tout prédicateur. 


La richesse de cette recherche nous permet de comprendre avec clarté et avec bonheur ce qui constitue en profondeur la nation américaine. L’érudition n’est jamais aride mais vivante.


Esther LOUSSAUT-BERNARD

Partager ce contenu

Ajouter un commentaire

 (avec http://)