Newsletter

Vous souhaitez recevoir régulièrement des nouvelles de nos actions, nos projets, etc ?

Les pasteurs, étude d'un métier à part

Publié le : 2020-05-13 15:11:50

Les pasteurs, étude d'un métier à part

Depuis le milieu du XXème siècle, toutes les figures d’autorité ont progressivement perdu leur influence et notre société sécularisée accorde peu de reconnaissance au statut de pasteur. De plus, les mutations rapides et en profondeur de notre monde, l’apparition de problématiques nouvelles ne sont pas sans effet sur la pratique du ministère pastoral.  S’y ajoute la perte d’influence des Eglises et du message chrétien. 

Les pasteurs connaissent donc souvent un malaise et parfois de réelles difficultés conduisant à des dépressions, voire à des renoncements.  

Pour autant, doit-on se résigner ou faire évoluer l’exercice de cette vocation ?       

Telle est la question abordée par Jérôme COTTIN, professeur de théologie pratique à la Faculté de théologie protestante de l’Université de Strasbourg, dans un ouvrage publié aux Editions Labor et Fidès : « Les pasteurs. Origines, intimité, perspectives ». 

 

LES PASTEURS 

ORIGINES, INTIMITE, PERSPECTIVES

Jérôme Cottin

Editions Labor et Fides, 2020 

290 pages

19 € 

 

 

 

 

TIKI, un caricaturiste allemand,  illustre tout le livre. Le dessin humoristique en couverture de l’ouvrage est commenté par Jérôme COTTIN lui-même : une cinquantaine de lignes d’une richesse étonnante pour conclure son étude. 

L’auteur s’intéresse surtout aux Eglises protestantes historiques. Mais bien des remarques peuvent concerner d’autres dénominations chrétiennes. 

A la base de sa réflexion, le premier chapitre est consacré aux rares sources bibliques, délicates à interpréter, mais qui font cependant émerger la primauté de l’Eglise (le sacerdoce universel des croyants) et la multiplicité des ministères au service des premières communautés.

 

Puis l’auteur analyse l’apport de la Réforme et notamment les positions de Martin Luther, Martin Bucer et Jean Calvin. Face aux Eglises établies qui différencient et hiérarchisent les ministères,  le ministère pastoral contribue à institutionnaliser les Eglises réformées, même s’il reste second par rapport au sacerdoce universel. 

Il est impossible de bâtir une théologie des ministères (et encore moins de définir le rôle et la fonction du pasteur) sur la base des Ecritures. Luther s’est peu exprimé sur le pasteur.  Bucer est le premier à avoir pensé de façon concrète l’exercice de la diversité des ministères au service des paroissiens  et  à envisager la dimension collégiale d’une direction d’Eglise. Il est suivi sur ce point par Calvin qui insistera par ailleurs sur la vocation du pasteur. 

Jérôme COTTIN synthétise notre héritage en retenant deux tendances opposées : le pasteur dans le prolongement du gestionnaire du sacré ou le pasteur dans le prolongement du ministère laïc des baptisés. Il développe cette pensée au chapitre 5 avec les regards différents de quatre théologiens réformés : Jean-Jacques von Allmen, Georges Crespy, Pierre-Louis Dubied et Henri Mottu.

 

 

Il en conclut que cette littérature est datée, éloignée des préoccupations et défis du XXIème siècle. 

 

Face à ces constats théologiques et historiques,  Jérôme COTTIN adopte une approche pratique.  L’histoire lui est alors utile pour éclairer l’actualité. 

 

L’auteur fait  appel aux récits littéraires, aux témoignages, aux observations de terrain et aux enquêtes.  Le chapitre 6 montre la réalité et la diversité du ministère pastoral, les évolutions et les invariants. Le chapitre 8 témoigne de l’expérience des pasteurs. Le chapitre 9 est consacré à la féminisation de ce ministère. C’est à partir de cette actualité que l’avenir peut être imaginé et construit, que des perspectives apparaissent. 

L’auteur ne néglige pas les aspects profanes, humains et intimes du ministère pastoral. Le chapitre 10 parle d’argent (les conditions matérielles) et de sexe (les pasteurs homosexuels). 

L’auteur appelle enfin l’attention sur ce qui est incontournable aujourd’hui dans toute fonction de direction spirituelle et de management d’une équipe collégiale : se connaitre soi-même et connaitre les autres. Le chapitre 11 présente en vingt pages des outils complexes dont l’appropriation nécessite habituellement un accompagnement sérieux de professionnels rompus aux relations humaines……. 

L’approche de Jérôme COTTIN a des limites dont il me semble conscient : peu de répondants aux questionnaires, des informations subjectives, des données partielles. Mais la démarche n’en reste pas moins intéressante et pose les bases d’une étude qui pourrait être plus poussée. 

Ce livre  est bien écrit et se lit facilement. Il comporte des tableaux récapitulatifs, des titres et sous-titres révélant toutes les qualités pédagogiques de l’auteur. 

Nous sommes dans une logique de théologie pratique qui articule pensée théologique et réalités concrètes. 

 

Cette étude intéressera les pasteurs et tous ceux qui se sentent concernés par le ministère pastoral et plus largement les ministères dans l’Eglise. 

Brigitte EVRARD 

 

 

Table des matières :


Introduction, p. 9

Remerciements , p. 27

Abréviations, p. 29

Chapitre premier. Les sources bibliques : tout est dit, tout reste à construire, p. 33

Chapitre 2. Martin Luther : tous sont l’Église, p. 45

Chapitre 3. Martin Bucer : divers ministères pour une Église en marche, p. 55

Chapitre 4. Jean Calvin : le pasteur au-dessus des autres ministères, p. 73

Chapitre 5. Polarités théologiques, p. 89

Chapitre 6. Récits de pasteurs, hier et aujourd’hui, p. 111

Chapitre 7. Les impensés théologiques et pratiques du ministère pastoral, p. 145

Chapitre 8. Les pasteurs s’expriment sur eux-mêmes, p. 161

Chapitre 9. Les femmes investissent le ministère pastoral, p. 187

Chapitre 10. Les conditions matérielles et les pasteurs homosexuels, p. 201

Chapitre 11. La direction spirituelle et l’ennéagramme, p. 223

Chapitre 12. Avec d’autres, (re)construire l’Église, p. 245

Envoi, p. 265






Produits liés

Partager ce contenu

Ajouter un commentaire

 (avec http://)