Newsletter

Vous souhaitez recevoir régulièrement des nouvelles de nos actions, nos projets, etc ?

Itinéraire d'un sociologue des religions

Publié le : 2020-01-13 13:22:49
Catégories : Recensions

Itinéraire d'un sociologue des religions

Ce livre est construit sous la forme d’un dialogue entre Jean-Paul Willaime, universitaire français protestant, et E. Martin Meunier, spécialiste québécois  du catholicisme.

 

Les intervenants sont tous les deux sociologues spécialisés dans l’analyse des religions. Ils se connaissent et partagent pour l’essentiel les mêmes convictions.

 

La guerre des dieux n’aura pas lieu

(Itinéraire d’un sociologue des religions)

Jean-Paul WILLAIME

Labor et Fides

2019

360 pages

22 € 

 

 

Ce dialogue n’est donc  pas un débat. Son objectif est d’exposer la pensée de Jean-Paul Willaime au cours de dix entretiens qui se sont déroulés en juin 2017. Ces entretiens ont très habilement mixé la présentation d’un itinéraire personnel, d’une œuvre et d’une réflexion.

  • L’itinéraire, c’est celui d’un professeur d’université, dont on voit au fil des chapitres se dérouler la carrière riche et prestigieuse au prix d’un labeur intense. Willaime est un homme de l’Est de la France qui ne découvre Paris qu’en 1990, à 43 ans, après avoir enseigné à Strasbourg la sociologie des religions.C’est un modéré, un pragmatique, un libéral, presque un adepte du relativisme, et enfin un Européen ardent; convictions qui détonnent dans son univers intellectuel où la tendance est inverse. Il lui a fallu bien du mérite, et on le comprend à la lecture de ces pages, pour faire reconnaître un tel positionnement  dans sa spécialité face à une « pensée 1968 » (celle de sa génération) caractérisée par une prétention scientifique et matérialiste de transformation sociale, où l’émancipation de la société se veut dépendante de la sortie du religieux.

  • L’œuvre, c’est une vingtaine d’ouvrages, dont beaucoup sont collectifs (à noter particulièrement « Sociologie et religions, approches classiques », 2001, avec Danièle Hervieu-Léger). C’est un grand dévouement qui a permis à notre auteur  de former de nombreux et brillants universitaires mais aussi de présider ou diriger de nombreuses institutions, dont jusqu’à juin dernier l’hebdomadaire Réforme. Willaime a beaucoup contribué à diffuser la pensée de Max Weber dans le monde francophone  et à promouvoir le dialogue international dans un domaine où chaque culture nationale ignore les autres. Il aura également été un artisan de l’enseignement du fait religieux dans le monde éducatif, à la suite de la parution du rapport Debray de 2002.

  • L’analyse de  l’évolution de nos sociétés occidentales, particulièrement aiguisée, se nourrit de cette expérience très riche. Mondialisation, pluralisme, multiculturalisme, voilà ce qui caractérise nos sociétés de plus en plus individualistes. Et pourtant, dans ce cadre d’ultra modernité, la place du religieux, devenu en apparence minoritaire au point d’apparaître  « a » normale, n’est pas négligeable. Elle même reste essentielle pour faire face à nos angoisses et conforter nos équilibres sociaux. 

Dans ce contexte, le phénomène de  sécularisation, auquel l’ouvrage est largement consacré, s’est traduit, notamment dans une France soumise à un laïcisme exacerbé, par une déculturation religieuse que l’auteur regrette, et notamment le vif affaiblissement de la transmission de la culture catholique. 

 

Et pourtant, ce livre subtil se termine par un message non ambigu d’espoir : le dialogue entre les religions (ou entre les confessions chrétiennes) est possible, y compris avec l’Islam. Il est même porteur de pacification et  d’équilibre dans nos sociétés d’«ultramoderne solitude ». Le protestantisme, qui a toujours été moteur en termes de rationalité, d’œcuménisme et de dialogue interreligieux, y contribue puissamment, même si la branche évangélique (que Willaime ne privilégie pas personnellement) lui semble paradoxalement mieux armée que la branche historique libérale (sa vraie « maison ») pour s’imposer dans le public.

 



En conclusion, ce livre traite plusieurs grands débats de notre temps avec autant de subtilité et de modération que de  force de conviction. Grâce à un ton direct de conversation informelle, grâce à des allers-retours réguliers entre l’évocation de tranches de vie parfois anecdotiques et l’approfondissement d’enjeux sociétaux majeurs, l’ouvrage se lit facilement. Il est convaincant sur la nécessité absolue de promouvoir le respect et  l’écoute des autres. Enfin, il pourra éclairer certains sur la complexité des problèmes de notre temps, et donc sur les limites des solutions conçues pour les résoudre. 

 

Un très bon essai pour armer sa réflexion  au sein de nos sociétés en crise permanente. 

Alain JOUBERT

  

Table des matières :

Préface – Jean-Paul Willaime. Itinéraire d'un sociologue de la modernité, par Philippe Portier, p. 9

 

Avant-propos – par E.-Martin Meunier, p. 23

 

Chapitre premier – De l'enfance aux années strasbourgeoises, p. 31

 

Chapitre 2 – Écrits de jeunesse, p. 81 

Chapitre 3 – L'impulsion wébérienne et la sociologie comme métier-vocation (Beruf), p. 121 

Chapitre 4 – L'inépuisable sécularisation, p. 169 

Chapitre 5 – Strasbourg/Paris : le chemin de l'Europe, p. 245 

Chapitre 6 – Le protestantisme et la condition chrétienne contemporaine, p. 267 

Chapitre 7 – L'ultramoderne solitude, p. 303 

Chapitre 8 – La guerre des dieux n'aura pas lieu, p. 339 

Liste des ouvrages de Jean-Paul Willaime, p. 359



Partager ce contenu

Ajouter un commentaire

 (avec http://)