Newsletter

Vous souhaitez recevoir régulièrement des nouvelles de nos actions, nos projets, etc ?

L'attitude de Luther envers les juifs au 16eme siècle

Publié le : 2017-11-24 08:56:26
Catégories : Luther - 500 ans de la Réforme

L'attitude de Luther envers les juifs au 16eme siècle

Les juifs de Luther

Thomas KAUFMANN

Labor et Fides – 2017

228 pages – 25,00 €



Ce livre s’ajoute aux nombreuses publications qui ont paru, de et sur Luther, depuis deux ans, et dont plusieurs ont été présentées sur le blog de notre Librairie. Il traite uniquement d’un aspect particulier du Réformateur, sa relation avec les juifs, qui n’est pas à son honneur.


L’auteur, professeur d’histoire de l’Eglise  à l’Université de Göttingen, considéré comme un spécialiste de la Réforme, précise en début d’ouvrage les raisons de son titre, « Les juifs de Luther » et non « Luther et les juifs », pour indiquer que Luther avait une approche des Juifs bien particulière, ne correspondant pas à la réalité.


Le livre de Luther qui aujourd'hui, dans ce domaine, nous scandalise le plus est « Des juifs et de leurs mensonges » . D’une violence inouïe, il fut écrit peu avant la mort de son auteur et apparaît en opposition avec « Jésus est né juif », publié en 1523.

Cette relation de Luther avec les juifs constitue en effet une question difficile et complexe, permettant tous les abus d’analyse et éventuellement les récupérations partisanes. L’auteur essaie donc d’en donner une explication sinon satisfaisante du moins compréhensible. D’abord il convient de rappeler les conditions dans lesquelles Luther se trouva, pratiquement à son insu, à la tête de ce qui allait devenir la Réforme.

Les fameuses « 95 thèses », écrites en latin, étaient destinées à un débat entre théologiens, et leur traduction en allemand ainsi que leur immense diffusion surprirent en premier lieu Luther. Ce succès inattendu et la condamnation pontificale qui s’en suivit entraînèrent Luther à persévérer avec ardeur dans cette voie qui s’ouvrait. Il considéra dès lors que le mouvement était irrésistible et allait amener les juifs à se convertir massivement au christianisme réformé. C’est ainsi qu’il écrivit, en 1523, le livre « Jésus est né juif ». Or il n’en fut rien et Luther en conçut une grande amertume qui l’entraîna aux excès contraires.

Thomas Kaufmann explique très bien cette évolution. Il retrace d’abord le contexte historique dans lequel les juifs étaient souvent accusés des pires maux : empoisonnement des puits, meurtres d’enfants et autres horreurs hystériques. Curieusement, Luther n’échappa pas à ce climat délétère. En outre il pratiquait un langage violent et parfois grossier, ce trait s’aggravant tout au long de sa vie.


Thomas Kaufmann présente ensuite l’écho qu’eut ce dernier livre à son époque et jusqu’à nos jours. Tout d’abord il ne connut pas un grand succès et sa première traduction en français est récente. Il fut même condamné par le théologien suisse Bullinger. A ce propos nous regrettons que l’auteur n’ait pas évoqué la position de Calvin sur le sujet. Il semblerait d’ailleurs qu’il connaisse mal la Réforme en France.


Si les premiers successeurs du Réformateur allemand firent leurs les accusations haineuses de Luther à l’égard des juifs, celles-ci furent par la suite plus ou moins oubliées jusqu’à la fin du XIXe siècle où elles alimentèrent un antisémitisme renaissant, et surtout sous le régime nazi où elles furent mises en exergue.

En conclusion, nous considérons qu’il s’agit d’abord d’un livre technique, et plutôt à charge, qui intéressera ceux qui souhaitent approfondir leurs connaissances de Luther. Pour les autres, nous conseillons plutôt le livre très complet de Marc Lienhard, présenté par Timothée Minard dans un précédent article du blog La librairie protestante.


Bernard Steinlin










Partager ce contenu

Ajouter un commentaire

 (avec http://)