Newsletter

Vous souhaitez recevoir régulièrement des nouvelles de nos actions, nos projets, etc ?

Femmes et pentecôtismes, Enjeux d'autorité et rapports de genre

Publié le : 2016-12-13 10:13:12

Femmes et pentecôtismes, Enjeux d'autorité et rapports de genre

Discussion autour de

G. Malogne-Fer & Yannick Fer (dir)

Femmes et pentecôtismes, Enjeux d'autorité et rapports de genre

(Genève, Labor & Fides, 2015)




Ce livre collectif est une référence précieuse à plus d'un titre. D'abord, parce que cet ouvrage approfondit considérablement la compréhension du pentecôtisme, ce mouvement issu du protestantisme qui a redessiné le paysage chrétien mondial par sa revalorisation de l'efficacité miraculeuse du Saint-Esprit. Ensuite, parce qu'il est d'un très haut niveau académique. Il rassemble en effet d'excellents spécialistes, qui partagent avec le lecteur outils théoriques et bibliographie ciblée. Enfin, parce qu'il éclaire une question jusqu'à présent assez peu traitée, à savoir le rôle des femmes dans les milieux pentecôtistes et charismatiques.



Femmes et pentecôtismes




Objet du livre :

Répandu aujourd'hui sur tous les continents, le pentecôtisme revêt, dans son rapport aux femmes, un paradoxe, explicité en 4e de couverture du livre : "d'un côté, on reconnaît aux femmes une capacité particulière et remarquable à entrer en relation avec Dieu; de l'autre, on leur refuse le plus souvent l'accès aux postes de pouvoir au sein des Églises". Après une introduction théorique particulièrement riche intitulée "Femmes, genre et pentecôtismes" (p. 8 à 37), Gwendoline Malogne-Fer et Yannick Fer laissent la parole à un parterre de spécialistes qui multiplient les lucarnes empiriques et théoriques, pour le plus grand bonheur des lecteurs. Fatiha Kaoues ouvre le ban avec une contribution novatrice sur le rôle des femmes au sein d'Églises pento-charismatiques libanaises (p.41 à 60); Edmond VII Mballa Elanga, dans une belle étude sur les femmes pentecôtistes à Yaoundé (Cameroun), montre ensuite la dynamique d'autonomisation à l'oeuvre dans les parcours des converties (p.61 à 86). Le ton change avec Marion Maddox, qui décortique "l'évangélisation par l'envie" et la consommation ostentatoire mise en scène à Hillsong (megachurch charismatique australienne) au travers des rôles féminins valorisés dans cette Église (p.87 à 109). Dans une large rubrique "Religion et migrations" (p. 111 à 202), Géraldine Mossière (pentecôtisme congolais à Montréal), Damien Mottier (Église prophétique africaine en région parisienne), Armand Aupiais-L'Homme (Église Universelle du Royaume de Dieu à Paris), et Bernard Boutter montrent combien il faut se méfier du stéréotype qui réduirait l'expérience religieuse migratoire à une simple mise en avant du modèle patriarcal.



La contribution synthétique de Boutter doit ici particulièrement être signalée, à la fois pour la brillante perspective d'ensemble qu'il parvient à donner de la diversité pentecôtiste et charismatique, mais aussi pour la finesse d'analyse qu'il développe, appuyée sur une typologie très précieuse qui explore avec maestria "la féminisation de l'autorité au sein de la mouvance évangélique charismatique en France" (p.183-201). Enfin, la troisième grande thématique explorée par le livre ("Le genre de l'autorité religieuse en pentecôtismes, des pages 203 à 286) nous fait découvrir les travaux de Baptiste Coulmont sur les hiérarchies d'autorités sur les affiches d'Églises africaines, les rapports entre autorité et sex-ratio dans le pentecôtisme suisse (Christophe Monnot), la féminisation du pentecôtisme suédois (Emir Mahieddin) et le positionnement des femmes néo-pentecôtistes au Brésil entre "combat" et "délivrance" (Marion Aubrée).




Question posée par ce livre : tension conservatisme / ouverture aux femmes



Une des questions posées par le livre dirigé par Gwendoline Malogne-Fer et Yannick Fer est la tension entre conservatisme théologique et ouverture aux femmes. En principe, l'offre religieuse pentecôtiste se nourrit d'une lecture normative de la Bible où l'autorité est avant tout une autorité masculine. Cependant, les différents terrains abordés par les auteurs du livre montrent que dans la pratique, les femmes ne sont pas forcément exclues de l'autorité enseignante, même si la part qui leur est réservée est plus restreinte que celle octroyée aux hommes. Dans certaines Églises, en particulier dans le courant Parole de Foi, les prédicantes, prophétesses et pasteures peuvent même dessiner des profils de "femmes puissantes" (Bernard Boutter), très investies dans le leadership communautaire en matière de décision, d'entreprenariat et d'enseignement. Ce qui nous interroge : comment se réarticulent les lectures évangéliques de la Bible devant la promotion de ces modèles ?



Femmes et pentecôtismes



Question posée au livre : de l'importance du contexte historique



Une question générale que beaucoup de lecteurs seraient en droit de poser au livre est celle de la contextualisation historique. Les travaux présentés dans cet ouvrage collectif sont de grande qualité. Ils apportent beaucoup. Mais leur angle très sociologique et anthropologique laisse les amateurs d'histoire du christianisme légèrement sur leur faim. On ne demandera certes pas à des anthropologues ou des sociologues de se transformer en historiens. Mais on plaide ici pour l'apport de la "socio-histoire" pour laquelle des Jean Baubérot ou Jean-Paul Willaime ont milité, à savoir un éclairage de l'empirie et de l'analyse sociologique par l'histoire. La mise en perspective historique permet des comparaisons bien étayées, des réponses éclairantes sur les dynamiques d'évolution. En quoi, par exemple, le pentecôtisme serait original (ou non), dans l'histoire contemporaine protestante, en matière d'accès des femmes à la parole enseignante ? La modestie des éclairages historiques et comparatistes ne permet pas, dans ce livre, de répondre à la question. Un effort est certes effectué, ici ou là, mais il est ténu, ce que confirme la lecture de la bibliographie générale de fin d'introduction (qui ne mentionne pas, par exemple, La nouvelle France protestante, somme historiographique publiée en 2011 avec 22 auteurs). Il serait pourtant bien dommage que pour cette raison, ce livre rebute celles et ceux qui s'attachent à intégrer leurs acquis-lectures dans une culture historique généraliste sur le christianisme et sur le protestantisme. Car ce volume remarquable, utile et passionnant apporte beaucoup de connaissances nouvelles, et d'éclairages théoriques stimulants.

Sébastien Fath, GSRL (EPHE/CNRS),

Retrouvez tous les articles de Sébastien Fath sur son blog


Découvrez le dernier ouvrage de Sébastien Fath Gospel et Francophonie



Gospel et Francophonie

Partager ce contenu

Ajouter un commentaire

 (avec http://)