Newsletter

Vous souhaitez recevoir régulièrement des nouvelles de nos actions, nos projets, etc ?

À la découverte des réseaux évangéliques transatlantiques

Publié le : 2016-11-14 17:35:53

À la découverte des réseaux évangéliques transatlantiques

À la découverte des réseaux évangéliques transatlantiques

Discussion autour de

R. Alex Neff

Évangéliques en réseau (Paris, L'Harmattan, 2016, 300p)





Objet du livre :



Les protestants évangéliques français ont développé, de longue date, des relations denses et fraternelles avec leurs coreligionnaires des Etats-Unis. Certes, dans "les plus grandes megachurches évangéliques de France, c'est surtout l'influence africaine et antillaise, plutôt qu'américaine qu'on peut remarquer" (p.16). Mais le rôle des évangéliques des Etats-Unis reste important pour comprendre l'identité et l'essor évangélique en France. Tout le mérite revient à Alex Neff de nous proposer, dans ce livre fouillé et agréable à lire, une excellente synthèse sur les "trajectoires identitaires entre la France et les Etats-Unis". Appuyé sur une thèse de doctorat, ce livre est basé sur quatre ans de recherche sur des Églises réparties dans huit départements de l'Est de la France (45 pasteurs interrogés, 18 Églises visitées, sources écrites dépouillées). Du cousu main!



L'auteur nous propose d'abord un rappel pédagogique sur la nature de l'identité protestante évangélique (chapitre 1er). Il s'attache ensuite à sonder les décalages culturels entre les deux rives de l'Atlantique, et à comprendre les regards états-uniens sur la réalité religieuse française (chapitre 2). Puis on entre dans le cœur de l'enquête, avec l'examen d'un premier type de relation transatlantique, les réseaux d'affinité (chapitre 3). Qu'elles soient doctrinales ou historiques, les affinités nourrissent d'abord "l'environnement interne" et visent à "la multiplication des liens" entre les membres du réseau (p.117). Le chapitre 4 traite de deux autres types de réseau, les réseaux de soutien et les réseaux de mobilisation. Les réseaux de soutien fournissent du capital social à des Églises fragiles, tandis que les réseaux de mobilisation sont fondés "sur la capacité des différents acteurs à contribuer à la réalisation d'un objectif commun" (p.134). Dans les chapitres 5 et 6, l'auteur étudie ensuite ce qu'il appelle les "circuits indirects" (p.149). On ne se situe plus dans les relations interpersonnelles étroites, mais dans des logiques d'influence. Il commence par aborder "l'évangélisme américain comme modèle", notamment au travers de la littérature évangélique et des chants. Il y a de quoi ! Selon l'auteur, "le tiers des cantiques évangéliques et près de la moitié des livres évangéliques disponibles en France viennent des Etats-Unis" (p.200). Dans le basculement dialectique du chapitre 6, on passe à "l'évangélisme américain comme contre-modèle". Ainsi, un rapport des Églises CAEF (frères larges) met en garde "contre l'aspect commercial du programme américain d'évangélisation 40 jours pour l'Essentiel". D'une façon générale, l'auteur remarque que "l'image de l'église comme entreprise est mal vue en France" (p.219)... L'auteur conclut finalement cette enquête passionnante en soulignant qu'en dépit de réseaux transatlantiques vivaces, "l'expansion de l'évangélisme en France n'est pas principalement le résultat de l'influence américaine, mais plutôt celui des évolutions de la société française" (p.238).



Évangéliques en réseaux





Question posée par ce livre : regard affiné sur les réseaux



Une des questions posées par le livre d'Alex Neff est l'importance des critères d'analyse et des catégories pour éclairer le fonctionnement des relations inter-évangéliques. Ce qui renvoie à ce que les sociologues appellent le travail de typologie. Alex Neff a particulièrement réussi cet exercice. Les Églises protestantes évangéliques sont moins institutionnalisées que l'Église catholique, mais aussi que les anciennes Églises protestantes établies. Le réseau s'avère dès lors un mode de relation de tout premier plan pour comprendre leur déploiement. L'ouvrage Du ghetto au réseau (2005) avait mis en lumière le processus socio-historique qui avait fait passer le milieu évangélique français de micro-structures contre-culturelles à une logique de réseau au coeur du champ religieux et culturel français. Mais on ne disposait jusqu'à présent pas de travail théorique et empirique qui analyse ces réseaux et en propose un classement critérié. C'est chose faite grâce à l'ouvrage soigné et approfondi d'Alex Neff. Le regard affiné de l'auteur sur les réseaux permet une typologie très éclairante. À travers elle, l'auteur nous invite maintenant à poursuivre, affiner, élargir peut-être la typologie, sans cesser de s'interroger sur les liens, d'une grande richesse et d'une grande variété, qui organisent les archipels évangéliques.... Ces réseaux transnationaux variés permettent aussi de revisiter la notion de minorité. En effet, au regard de l'ampleur de leurs liens par-là les frontières, "les évangéliques français ne sont plus uniquement une minorité à l'intérieur de la société française" (p.239).



Question posée au livre : quel centre de gravité pour les réseaux évangéliques ?



L'auteur fait preuve d'une connaissance particulièrement remarquable des milieux évangéliques de type piétiste et indépendant comme les baptistes de la CEBI, structurés notamment autour de l'Institut Biblique Pastoral Baptiste d'Algrange (IBPB). On saluera une utilisation très maîtrisée des sources primaires et secondaires, comme le recours à l'autobiographie du baptiste pasteur John Stauffacher, Semer au chant du coq (2010). En revanche, le regard sociohistorique est légèrement moins assuré lorsqu'il se porte sur les milieux charismatiques et pentecôtistes. Affirmer que "le côté spontané et émotionnel de ces églises les éloigne nettement de l'image de sagesse et de flegme du protestantisme historique" (p.199) est un peu rapide. À lire Alex Neff, le centre de gravité de l'évangélisme pencherait plutôt du côté piétiste et non-charismatique. Or, les évolutions évangéliques des 30 dernières années invitent à se demander si, au contraire, ce n'est pas du côté pentecôtiste et charismatique que se jouent aujourd'hui les dynamiques majoritaires de l'évangélisme en réseau.... Une invitation à poursuivre, appuyé sur les acquis de cet excellent ouvrage, agréable à lire de bout en bout.



Sébastien Fath, GSRL (EPHE/CNRS),

Retrouvez tous les articles de Sébastien Fath sur son blog 



Partager ce contenu

Ajouter un commentaire

 (avec http://)