Je ne pense plus voyager : la mort de Charles de Foucauld

Je ne pense plus voyager : la mort de Charles de Foucauld

14,22 €


  • Éditeur : Gallimard
  • Nombre de pages : 153 pages
  • Dimensions : 14 x 21 cm
  • Année : 2016
  • Divers : Broché
  • Délai livraison : sous 4 à 8 jours
  • ISBN : 9782070179176

Tous les ouvrages de cet auteur

Tous les ouvrages de l'éditeur

Je ne pense plus voyager : la mort de Charles de Foucauld

Charles de Foucauld est mort le 1er décembre 1916 dans le fortin qu’il avait construit près de son ermitage où il s’était retiré à Tamanrasset (dans le Sahara algérien).

C’est par cette phrase dont la sobriété est typique d’un rapport policier que commence ce livre inclassable, au titre paradoxal concernant ce grand voyageur qu’était Charles de Foucauld.

La légende du Père Charles de Foucauld est à la hauteur des ruptures qu’a connues sa vie:

Né à Strasbourg le 15 septembre 1858 au sein d’une famille aristocrate, orphelin à l’âge de 6 ans, il est (mauvais) élève à l’école spéciale militaire de Saint-Cyr où il devient agnostique. Officier de l’armée française, il en démissionne très jeune après de nombreuses sanctions liées à une vie dissolue. Il découvre l’Algérie et le Maroc dans son nouveau métier d’explorateur. Puis, après avoir été tenté par l’Islam et le Judaïsme, il revient au Catholicisme lors d’un séjour à Paris en 1886-1887. Attiré par certaines formes de mysticisme, il choisit de quitter la métropole et de mener une vie de pauvreté et de solitude dans des monastères en Syrie et à Nazareth, avant de se fixer à compter de 1901 dans le Sahara. Il se lie notamment à la population touareg, au milieu de laquelle il vit en rédigeant un dictionnaire français-touareg. Il est tué dans des circonstances non élucidées en 1916.

Lire la suite de cet article sur l'ouvrage "Je ne pense plus voyager" sur notre blog ...

Note 
2019-05-27

Fascinant et sensible

Très beau livre, avec le style si particulier et si génial (à mon avis en tout cas) de François Sureau.
Charles de Foucault a été assassiné en 1916.
« Dans un monde où la plupart des réussites sont marquées au front d’un signe de mort, l’échec de Foucauld – pas de conversions, pas de changements visibles autour de lui, un martyre incertain – devient un appel et un encouragement. »
Le bienheureux Charles de Foucauld « voyait plus loin, attendant l’heure où l’ange rassemblera les justes sans leur demander leurs papiers ».

    Donner votre avis !

    Donnez votre avis

    Je ne pense plus voyager : la mort de Charles de Foucauld

    Je ne pense plus voyager : la mort de Charles de Foucauld

    Je ne pense plus voyager : la mort de Charles de Foucauld

    Donnez votre avis